Menu

BNTS: James Morgan à la St Mary’s University à Londres Twickenham

La conférence annuelle de la British New Testament Society s’est tenue cette année à la St Mary’s University (Londres Twickenham) du 6 au 8 septembre. Dans ce cadre accueillant et stimulant, James Morgan a donné une conférence sur son projet de livre qui compare la manière d’écrire l’histoire d’Hérodote (le premier historien grec) et celle de saint Luc. Le titre en anglais était : « Dissimilar religious metanarratives, similar techniques :
Herodotus and Luke’s use of the divine ‘plupast’ in their histories ». en français « Métarécits religieux dissemblables, techniques similaires : l’emploi du ‘plupast’ divin dans les histoires d’Hérodote et de Luc »).

Tiré du quatrième chapitre de son projet, la conférence a montré la manière dont l’historien grec évoque le divin à plusieurs reprises et de différentes manières dans la première partie de son ouvrage (Livre 1, chapitres 1–25). Essentiellement, le but de cette section est de montrer quelques événements avant la prise de pouvoir de Crésus, défini par Hérodote comme la cause des conflits gréco-perses. On y trouve, par exemple :

  • la généalogie rattachée à une divinité ou un héros, en l’occurrence la généalogie des rois lydiens qui remonte au héros Héraclès,
  • des oracles qui confirment ou annoncent un événement
  • le lien vital entre le sacré et les coutumes
  • l’importance accordée aux structures consacrées aux dieux
  • la rétribution divine pour l’offense d’un des éléments ci-dessus

Puisque ces éléments sont récurrents dans l’ouvrage, l’effet rhétorique de la présence du divin dans cette section, tout au début de son ouvrage, oriente les lecteurs ou les auditeurs à suivre le reste du récit. Une comparaison avec la première section de Luc-Actes (Luc, chapitres 1–3 jusqu’à la généalogie de Jésus) suggère des pistes intéressantes à explorer. Pour voir le PowerPoint (en anglais) de la conférence, cliquez ici.

Communiqué de presse | Le directeur de la Ligue relève un nouveau défi

Michel Siegrist, directeur de la Ligue pour la lecture de la Bible depuis 2002, a annoncé son départ de l’association La Ligue pour la Lecture de la Bible pour la fin du mois d’avril 2021. Il se consacrera ensuite pleinement au développement et renforcement du pôle de formation pratique auprès de la HET-PRO.

Les prophètes et la voix des sens

La conviction que l’Écriture est la seule norme de foi et de pratique ne risque-t-elle pas d’ignorer les dimensions intuitive et sensible de la nature humaine ? Le dogmatisme rigide et l’utilitarisme ont trop souvent stérilisé la vie spirituelle…

Méditer les textes bibliques ? Oui ! Mais en hébreu ou en grec ?

De temps en temps on me demande pourquoi l’apprentissage des langues bibliques est obligatoire dans les écoles de théologie. Cette question est même posée par des pasteurs ! La plupart des étudiants ne me posent pas cette question, mais j’imagine qu’elle trotte parfois dans leur esprit. C’est pourquoi je compare cette partie de mon travail au travail de dentiste : douloureux sur le moment, mais extrêmement bénéfique à long terme.

Découverte d’un livre sur le corpus lucanien coédité par Dr. James Morgan

James Morgan, docteur en théologie et exégète biblique, cumule les casquettes. Professeur HET-PRO en Nouveau Testament, il est aussi lecteur de grec biblique à l’Université de Fribourg et auteur. Découvrons avec lui un livre passionnant sur le corpus lucanien auquel il a discrètement contribué.

    Informations personnelles

    * Champs obligatoires

    Choix de la formation

    * Champs obligatoires

    Formule souhaitée*

    Formation souhaitée*

    Bachelor - Orientation souhaitée*

    1 Sous réserve de l’accréditation de la Confédération suisse

    Année désirée pour commencer la formation