Menu

Portrait de la semaine : Michel Siegrist

Découvrez chaque semaine un nouvel enseignant ! Michel Siegrist, directeur de la Ligue pour la lecture de la Bible suisse, est le 9e Professeur nommé à la HET-PRO. Il sera responsable de la formation pratique et des stages. Portrait.

Pourriez-vous vous présenter ?

Bonjour, Je m’appelle Michel Siegrist. Je suis marié et avec Corinne nous avons trois enfants : Arthur, Noé et Anaïs. J’ai grandi sur la Côte, plus précisément à Gland. J’ai toujours été passionné par le sport. Mon enfance et adolescence ont été marqués par des entraînements et des compétitions aussi divers que variés.

Après une école de commerce, je suis parti en France étudier la théologie dans une école biblique à Lamorlaye, puis à la Faculté de théologie d’Aix-en-Provence (actuelle Faculté Jean Calvin). Ma maîtrise en poche et après un stage pastoral à Paris, je suis devenu pasteur à Castres pendant quatre ans, dans le cadre des Églises Évangéliques Libres de France.

En 2002, je suis revenu en Suisse pour assumer le poste de directeur de la Ligue pour la lecture de la Bible. Un DAS en management des OSBL effectué en parallèle à la HEC de Genève m’a permis de systématiser la pratique que j’acquerrais dans mon travail.

Quelles vision et valeurs conduisent votre vie personnelle ?

Il est évident que je cherche à ce que les valeurs bibliques conduisent ma vie… mais ce n’est pas toujours simple. La vie est plus complexe. Si je fait une petite introspection, je constate que les valeurs qui prédominent ou les mots qui en disent un peu plus sur ma perception de la vie sont :

Le monde est complexe et je redoute la simplification.

La vie est une perpétuelle tension et il me semble que la Bible présente souvent des thématiques au sein de tensions. Un livre biblique que j’apprécie tout particulièrement est l’Ecclésiaste, parce qu’il présente la vie sous l’angle le plus pertinent qui soit… à mon humble avis.

Aussi, l’humour et l’ironie font partie intégrante de ma vie et de ma spiritualité. C’est certainement la valeur la plus caractéristique de ma personnalité, car je regarde sans cesse le monde avec une pointe d’ironie. Est-ce bien ou mal ? Les membres du colloque m’aideront à discerner, je n’en doute pas !

Pouvez-vous expliquer ce qui vous a conduit à postuler à la HET-PRO ?

Il y a plusieurs raisons. Premièrement, le désir de vivre un peu de changement dans ma vie professionnelle et d’avoir d’autres défis. Ensuite, adhérant à l’évolution du Forum Emmaüs, je me suis dit pourquoi ne pas faire partie de cette aventure défiante, passionnante, voire un peu folle. Et enfin, renouer d’une certaine manière avec le monde de la théologie n’était pas pour me déplaire.

Pourquoi cette chaire ? Que pensez-vous y apporter de spécifique ?

J’aime réfléchir, interpréter, analyser. Je suis critique et apprécie quand les projets ont un sens. J’ai besoin de comprendre les présupposés à nos actions, mais je ne me suis jamais considéré comme un théologien académicien universitaire pure souche. Je suis quelqu’un de pragmatique. Ce qui m’a été reproché parfois pendant mes études, à savoir de chercher trop rapidement l’incarnation des textes, a été apprécié des paroissiens : je proposais des prédications pragmatiques. Cette chaire m’intéresse, car elle met l’accent sur ce côté pratique et incarné qui me correspond assez bien, je crois ! C’est l’occasion de ne pas être que dans l’enseignement mais également dans l’apprentissage. Je fais référence à Ken Robinson qui fait la différence entre une tâche et son accomplissement. Nous pouvons nous engager dans un régime, mais sans jamais l’accomplir, le réaliser. Avoir la chaire de l’enseignement pratique est l’occasion de mettre l’accent sur la réalisation, sur un domaine qui a été souvent mis de côté dans les formations. C’est concrétiser la théologie.

C’est entrer de plein pied dans l’incarnation, si j’ose dire !

C’est prétentieux de dire que l’on va amener une dimension spécifique, mais j’espère que ma personnalité, mon pragmatisme, mon expérience, mes connaissances vont apporter aux étudiants une connaissance plus accrue de leur capacité, leurs dons, leurs faiblesses, leur savoir-agir nécessaire à nos Églises et œuvres. Que cela puisse être un jalon important dans la découverte de leur vocation. Que cette formation pratique soit une voix qui infirme ou confirme la petite voix de Dieu qui les a poussé jusque là. Cette chaire est un peu une forme de vocation externe proposé par Calvin.

Est-ce que votre nomination signifie la fin de votre implication à la Ligue pour la lecture de la Bible ? Si non, comment pensez-vous conjuguer les deux rôles ? Garderez-vous un pied dans les camps ?

Je vais rester à 50% à la Ligue comme directeur. Une personne sera engagée pour la partie administrative et avec Pascal Grosjean, nommé directeur adjoint, nous allons coordonner la partie dite du ministère. Pour ma part, je vais garder la coordination et le développement des guides bibliques et la coordination du secteur animation/formation. Je ne sais pas encore si je vais continuer à faire des camps. Cela se décidera d’année en année. Les projets de camps évoluent, se construisent d’une année à l’autre. Mais ce ne sera pas ma priorité. Il faut dire qu’il y a tellement de bénévoles compétents pour faire ce travail !

Qu’avez-vous ressenti à l’annonce de votre nomination ? Comment envisagez-vous cette nouvelle étape de vie ?

Ce fut un mélange de ressentis. Heureux d’être engagé. Surpris et fier d’avoir été choisi. Anxieux d’entrer dans un nouveau domaine de compétences. Triste de quitter la Ligue, même à 50%. Reconnaissant de pouvoir faire partie de ce beau projet de la HET-PRO. En somme. je me réjouis de pouvoir entrer plus concrètement dans le rôle que l’on va me confier, de découvrir de nouveaux collègues qui semblent aussi compétents les uns que les autres, de construire une formation pratique à la fois pertinente et adaptée aux besoins de l’Église et de la société actuelle, de côtoyer et accompagner quantité d’étudiants qui, j’en suis certain, sont remplis de talents. O

 

Etablie sur son campus à Vennes en 1925 puis à St-Légier depuis 2014, la Ligue pour la lecture de la Bible suisse est historiquement liée au Forum Emmaüs. Animée par des valeurs chrétiennes et désireuse de les partager, elle organise des camps et des formations, gère une maison d’édition, propose des guides bibliques et diverses animations.
Site de la Ligue

Communiqué de presse | Le directeur de la Ligue relève un nouveau défi

Michel Siegrist, directeur de la Ligue pour la lecture de la Bible depuis 2002, a annoncé son départ de l’association La Ligue pour la Lecture de la Bible pour la fin du mois d’avril 2021. Il se consacrera ensuite pleinement au développement et renforcement du pôle de formation pratique auprès de la HET-PRO.

Les prophètes et la voix des sens

La conviction que l’Écriture est la seule norme de foi et de pratique ne risque-t-elle pas d’ignorer les dimensions intuitive et sensible de la nature humaine ? Le dogmatisme rigide et l’utilitarisme ont trop souvent stérilisé la vie spirituelle…

Méditer les textes bibliques ? Oui ! Mais en hébreu ou en grec ?

De temps en temps on me demande pourquoi l’apprentissage des langues bibliques est obligatoire dans les écoles de théologie. Cette question est même posée par des pasteurs ! La plupart des étudiants ne me posent pas cette question, mais j’imagine qu’elle trotte parfois dans leur esprit. C’est pourquoi je compare cette partie de mon travail au travail de dentiste : douloureux sur le moment, mais extrêmement bénéfique à long terme.

Découverte d’un livre sur le corpus lucanien coédité par Dr. James Morgan

James Morgan, docteur en théologie et exégète biblique, cumule les casquettes. Professeur HET-PRO en Nouveau Testament, il est aussi lecteur de grec biblique à l’Université de Fribourg et auteur. Découvrons avec lui un livre passionnant sur le corpus lucanien auquel il a discrètement contribué.

    Informations personnelles

    * Champs obligatoires

    Choix de la formation

    * Champs obligatoires

    Formule souhaitée*

    Formation souhaitée*

    Bachelor - Orientation souhaitée*

    1 Sous réserve de l’accréditation de la Confédération suisse

    Année désirée pour commencer la formation