Menu

Traduire la Bible est-ce la trahir ?

Le traducteur est-il un traître ?

Le Nouveau Testament justifie la traduction de la Bible

Les rédacteurs du Nouveau Testament ont justifié la démarche de traduction, notamment en traduisant leurs citations des textes hébraïques en grec, la langue la plus répandue dans l’Empire Romain. Une Bible traduite, donc compréhensible de tous, est un bienfait pour l’Église. Toutefois, l’adage italien « traduttore traditore » (le traducteur est un traître) peut, malgré la meilleure des volontés, s’appliquer en certains points à une version biblique.

Une traduction dans le rouge

Je prendrai un seul exemple qui montre qu’à son insu, un traducteur peut importer dans un texte un biais culturel parfois dommageable.

À l’origine, la vénérable version de Louis Segond traduisait qu’Ésaü était roux (Gn 25.25), mais que David était blond (1 S 16.12 et 42), alors que l’adjectif commun à ces deux seuls personnages bibliques évoque sans aucun doute la couleur rouge. Les préjugés anti-roux de notre culture occidentale ont donc amené Segond à éviter au roi judéen, personnage positif dans l’histoire du salut, ce trait physique – pas de problème, par contre, pour le mauvais Ésaü ! Les révisions modernes de cette version ont heureusement corrigé cette erreur.

Faut-il tout jeter ?

Doit-on, à partir de tels exemples, mépriser la valeur des traductions ? Certainement pas, mais une critique de nos versions de la Bible, comme de nos propres interprétations de celle-ci, est essentielle pour mieux comprendre les textes inspirés. O

Robin Reeve, PhD
Professeur HET-PRO en Ancien Testament

 

 

Incertitude/s ou foi ?

Plus que jamais nous traversons une période d’incertitudes transformables en doute potentiel ou prolongé. Les repères sûrs peuvent se transformer en bois flottant sur l’eau. Doit-on refuser le doute, positiver, rester optimiste à tout prix ? Est-ce cela que nous nommons la « foi » ?

Bonne année 2022

En route pour 2022 !

Nous avons traversé 2020 et 2021 sous l’ombre tenace d’une pandémie. Entrerons-nous donc en 2022 selon la folle boussole d’un monde qui perd le nord ? La HET-PRO vous invite…

Avis de décès

Joan de Benoît s’en est allée

Existe-il un ADN du christianisme ?

Héritage, innovation et le risque de l’autoréférentialité. L’Église doit-elle continuellement se réinventer au risque de perdre son identité ? Qui décide de telles questions ? Peut-on parler d’un « ADN » de l’Église ?

    Informations personnelles

    * Champs obligatoires

    Choix de la formation

    * Champs obligatoires

    Formule souhaitée*

    Formation souhaitée*

    Bachelor - Orientation souhaitée*

    1 Sous réserve de l’accréditation de la Confédération suisse

    Année désirée pour commencer la formation